"Casa del Poggio" est une typique maison de campagne, sur deux étages, en brique de terre cuite. Les chambres que nous louons sont au 1° étage. Deux chambres – Mandarino et Carcadè – sont orientées au Nord, et font face aux vallées du Chianti et aux montagnes de l'Appenino; l'autre chambre – Menta – est orientée Sud, vers Santa Lucia et l'Abbaye de Monteoliveto.
Chaque chambre a une grande fenêtre lumineuse, sa propre salle de bain, télé et couverture wifi.

Nous avons un parking privé pour les voitures et une cabane couverte pour les vélos et scooters. À San Gimignano on arrive facilement à pied; le long de la Via Vecchia, ancienne, chemin de gravier, panoramique et ponctuée des champs et des fermes, se trouve aussi le supermarché et l'embranchement pour rejoindre la Via Francigena.

À l'extérieur, il y a des terres, des zones boisées, des jardins et des espaces ouverts, qui peuvent être traversés et explorés en totale liberté. Dans la cour de la maison il y a un kiosque aménagé avec une petite cuisine à disposition de nos hôtes, pour un repas tranquille entre lucioles et chandelles. Sur demande et suivant les dispositions du potager et des femmes de la maisons, nous pouvons cuisiner pour vous; nous vous rappelons que nous ne cuisinons pas de viande et que nous utilisons seulement des produits certifiés biologiques, fruits et légumes rigoureusement de saison. Le petit déjeuner propose 3 différents menus que vous pourrez choisir la veille pour le lendemain, à déguster dans le salon ou, si le temps le permet, dans la cour, entre les plantes au travers desquelles s'entraperçoit le bourg.

Notre équipe est une petite communauté familiale d'artistes, herboristes et professeurs de yoga; l'agriculture, le jardinage et l'expérimentation biodynamique sont nos hobbies. Nos hôtes peuvent participer à l'activité journalière du Poggio, de la taille à la récolte, ou simplement nous suivre dans le champ pour manger une pèche dans l'arbre, ou gagner une bouteille de vin en nous donnant un coup de main à la cave. Huile d'olive extravierge, vin rouge, digestifs, légumes et fruits sont tout ce qu'avec joie, nous partageons avec vous.

Notre philosophie est de vivre bien, en équilibre avec l'écosystème, nous même, et les autres; contribuer à votre bonheur et à votre bienêtre est pour nous, plus qu'un travail, un plaisir.

L'HISTOIRE, MON HISTOIRE

La ferme est relativement moderne. Elle a été construite dans les années 70 à la place d'une annexe de l'ancienne ferme Becucci, où d'antan, il y avait des presses pour la paille, des poulets et des lapins.
Au "Poggio" se faisaient du vin, de l'huile d'olive, du blé et des fruits; il y avait la grande maison, les cabanes, le puits et les caves, un petit bosquet et une vallée de cultures.
Becucci était le nom de famille de ma grand-mère, Mara, aînée de Luigi, fils d'Alessandro, fils de Raffaello, le premier de la lignée.
Raffaello est le plus vieux Beccuci desquels nous avons mémoire et souvenirs, même s'ils étaient aux "Cadastre Général du territoire" de 1795, notre famille était présente ici depuis bien longtemps avant.
Raffaello était le fils d'un accouchement absolument unique pour l'époque, proche du surnaturel: des triplets, trois garçons. Tous les trois vivants, une naissance quasi mystique, et avec ce quelque chose de sacré qui semblait prédire le début d'une importante généalogie.
J'ai toujours prêté attention à cet aspect magique de notre généalogie, assez pour croire que ma famille soit nait ensemble avec cette terre et ces oliviers, que nos racines et "il Poggio" se retrouvent à l'origine. Nous ne sommes pas nobles, nos ancêtres ne font pas état de grand gestes héroïques, mais nous avons un grand passé qui nous lie au Poggio. Et nous en sommes fier.
L'entreprise agricole Becucci s'est arrêtée avec le dernier Chianti Colli Senesi de 1995 étiqueté par moi même avec Coccoina.
Après, mon grand-père a continué à produire du vin rouge, du Vernaccia, de l'huile d'olive et du Vinsanto comme le lui avaient été enseigné par son beau-père; et il me l'a enseigné à moi, comme d'une tradition acquise, à m'occuper des vignes et des oliviers. Aussi souvent que la campagne du Poggio change de forme et de couleurs, refleurissent les images de ce qui a été et de ce qui est encore, dans ce petit paradis vert.
Luigi, grand-père de ma mère, était un chasseur de renards et aimait la musique; il s'allongeait dans la cour et mettait un disque.
Ma grand-mère avait de très long cheveux noirs, vivait avec les arbres, chèvres, poules, chats, chiens et paons.
Les paons faisaient un cri dont je me rappelle encore les soirs d'été; ils dormaient sur le chêne vert sur la cave, un vénérable géant de 550 ans.
Et les lucioles étincelaient la nuit dans la vallée, et en regardant le panorama on aurait dit que San Gimignano elle même flottait dans les airs.
Entre tous ça, maintenant, nous sommes restés nous. Moi, ma mère et mon grand-père, Cesare, le grand amour de Mara.
Cesare ne parle plus depuis 3 ans, à cause d'un AVC qui l'a frappé le 7 novembre 2014, l'année où j'ai décidé de rentrer à la maison prendre en charge mon précieux héritage, et donnant vie à "Casa del Poggio", officiellement ouverte pour la saison estivale de l'année suivante.
Ce qui a été du Poggio est mort avec la voix de mon grand-père; ce dont nous nous rappelons toujours avec émotion c'est l'impulsion que ça nous a donné; ce que nous pouvons encore faire c'est le futur que nous sommes en train de construire et que nous voudrions partager avec vous.